DSC_0765.jpg

Bio express

Âge : 57 ans

Profession : Gérant d'un café

Ville : Nazareth

Rite : Catholique latin

Sami

"Parfois nous avons l'impression d'être les invités ici"

Êtes-vous impliqué dans l'Église ?

Toute ma famille est chrétienne et je vais aux offices du dimanche depuis que je suis enfant. J'étais très impliqué dans les groupes de jeunes et les marches franciscaines en Galilée. C'était très impressionnant : les jeunes venaient de tout le pays. Ce sont des rassemblements et des liens très importants. Les chrétiens qui vivent en Terre Sainte sont confrontés quotidiennement à des problèmes politiques et sociaux. Les jeunes peuvent trouver de nombreuses réponses à ces problèmes grâce à l'Église. 

 

Avez-vous le sentiment de faire partie de l'Eglise de Terre Sainte ?

Oui. Et je vois qu'ils essaient d'être actifs et d'attirer plus de monde.

Y a-t-il quelque chose qui vous dérange à l'intérieur de l'Église ?

Les franciscains ont tendance à s'enfermer dans leurs propriétés, leurs églises et leurs monastères, mais ils ne les rendent pas accessibles à la population locale. À Nazareth, des groupes de volontaires du monde entier viennent aider l'Église. Ils leur donnent une très grande et belle maison, et beaucoup d'équipements. Mais ce sont des étrangers. Il ne faut pas oublier les gens du pays. Parfois, nous avons l'impression d'être des invités ici. Le monde des franciscains nous est moins facilement accessible. 

 

Avez-vous un rêve pour l'Église ?

 

Les Chrétiens sont trop nombreux à quitter le pays. Je souhaiterais que les leaders chrétiens soient plus actifs politiquement, qu'ils défendent leur peuple. Dans ce pays, on ne peut pas séparer la politique de la religion et de la vie quotidienne. L’Eglise devrait être plus claire dans ses prises de positions et encourager les chrétiens à rester. Beaucoup vont à l'étranger pour étudier et ne reviennent pas. Nous n'avons pas beaucoup de jeunes qui se marient et ont des enfants. L'Église devrait nous soutenir. Pas seulement avec de l'argent, mais en nous défendant.

Propos recueillis pas Cécile Lemoine