xx xx_TSM XXX_Synode_Rami_DSC_0206.jpg

Bio express

Âge : 42 ans

Profession : Chauffeur pour un consulat

Ville : Beit Safafa

Rite : Syriaque Catholique

Rami

“Ce n’est pas l’aube qui fait le prêtre, mais le prêtre qui fait l’aube”

Diriez-vous que vous êtes impliqué dans l'Eglise ?

Moins qu’avant. J’étais au petit séminaire puis au séminaire avant d’en sortir pour financer les soins de mes parents, touchés par de graves problèmes de santé. Ma foi ne s’est pas arrêtée en sortant du séminaire. Je suis aussi diacre de l’Eglise syriaque-catholique. Cette implication est importante pour moi, parce qu’on vit dans un monde très compliqué, très chargé et je sens bien, quand je suis à l’église et que je fais la messe, que la foi se perd.

 

Avez-vous l'impression de faire partie de l’Eglise de Terre Sainte ?

Oui. Nous sommes nés dans l'Église et nous y grandissons toujours. Elle a autant besoin de nous que nous avons besoin d’elle. Mais il faut que les gens se réveillent, pour ne pas que les églises se retrouvent vides comme en Europe. Les prêtres ont leur rôle à jouer : ils doivent êtres plus proches des gens. Aujourd’hui,  ils ne nous rendent plus visite. Personne n’est venu donner la communion à mes parents à l’hôpital quand ils étaient malades. Les prêtres sont propulsés à des postes pour lesquels ils ne sont pas formés. Ils prennent la place de tout le monde et oublient quelle était leur mission originelle. Ils ont refermé le cercle sur eux-mêmes, en excluant les laïcs.

 

Y a-t-il des problèmes dans le fonctionnement de l’Eglise ?

La diversité. Ce qui divise l’Eglise, ce sont les prêtres, les dirigeants religieux qui ont instauré cette séparation entre orthodoxes et catholiques par exemple. Pourquoi, lorsque j’accompagne ma mère à la messe orthodoxe, on me refuse la communion parce que je suis catholique ?  Le peuple comprend l’amour, la charité, mais toutes ces règles n’ont plus de sens aujourd’hui. On est chrétien ensemble. Pourquoi vous divisez ? Dieu est indivisible.

 

Regrettez-vous de ne pas avoir pu finir le séminaire et de ne pas être prêtre ?

Je remercie Dieu d’avoir pu partir. Ce n’est pas l’aube qui fait le prêtre, mais le prêtre qui fait l’aube. J’aime aider les autres. On n’a pas besoin d’être prêtre pour le faire. Juste d’être humain. J’apporte ma joie, mes paroles, mes gestes, ma foi. Les prêtres d’aujourd’hui ne sont plus les mêmes que ceux d’hier.Avant, ils consacraient leur vie à aider l’Église, les paroisses. Aujourd’hui, ce n’est plus une vocation, c’est un métier. Ils font leur messe le dimanche et c’est tout. Les gens ont besoin de parler avec les prêtres. Ils ont besoin de leurs conseils, de leurs visites, de leur présence.

 

Avez-vous un rêve pour cette Église ?

 

Je rêve que la porte soit ouverte à tout le monde, parce que l’Eglise a le pouvoir d’aider tout le monde. Je sais bien que l’Eglise n’est pas une banque. Mais parce qu’il incarne une institution, le prêtre a le pouvoir d’aider les gens dont on n’entend pas les voix. Seulement, il n’utilise pas ce pouvoir. Aujourd’hui, les chrétiens de Terre Sainte ne sont pas vraiment représentés. Mgr Pizzaballa ? Qu’est ce qu’il fait pour nous ? Il fait pour l’Eglise, mais en bas, il y a le peuple. Tous les mois, je laisse la moitié de mon salaire dans mon loyer, et le reste part dans l’eau, l’électricité, le gaz, l’essence… Qu’est ce qu’il reste à la fin ? Rien… Comme beaucoup de gens, je ne suis pas marié. Pourquoi ? Parce que je ne peux pas m’offrir une maison. J’ai demandé de l’aide aux franciscains, au Patriarcat Latin… Personne n’a jamais répondu.Ne promettez pas aux gens que vous pouvez les aider si vous ne le faîtes pas. On s’attache aux promesses et aux espérances et on n’avance pas. Les Syriaques-Catholiques sont propriétaires de la Maison d’Abraham à Jérusalem, qui est louée par Caritas et le catéchuménat. Faîtes des logements pour la paroisse à la place ! Faîtes quelque chose pour nous ! Aidez-nous à rester.