Rechercher

Le synode démarre dans une unité joyeuse et fraternelle en Terre Sainte

Plus de 3000 personnes se sont rendues au sanctuaire de Deir Rafat ce samedi 30 octobre pour célébrer l’anniversaire de la consécration de la Palestine à Notre Dame, solennité instituée en 1928 par le Patriarche latin de Jérusalem Mgr Luigi Barlassina, faisant de la Vierge Marie la Sainte Patronne du diocèse de Terre Sainte.

Mgr Pizzaballa, Patriarche latin de Jérusalem a présidé cette célébration. Etaient présents à ses côtés : Mgr Boulos Marcuzzo, évêque émérite du Patriarcat latin, Mgr William Shomali, vicaire patriarcal pour Jérusalem et la Palestine, Le P. Nikodemus Schnabel, O.S.B. du Vicariat pour les Migrants et les demandeurs d'Asile, le P. Piotr Zelazko du Vicariat Saint Jacques, le P. Rafic Nahra, vicaire patriarcal latin pour Israël à Nazareth, ainsi que le P. David Neuhaus, en charge du Synode pour tout le diocèse du Patriarcat latin de Jérusalem, mais aussi Msgr Tomasz Grysa et le P. Natale Albino, conseillers de la Nonciature apostolique à Jérusalem, ainsi que d’autres prêtres ou supérieurs religieux du Patriarcat. Concélébraient, l’archevêque maronite Moussa El Hage, l’évêque catholique syriaque Mgr Yacoub Semaan, l’évêque melkite de Jérusalem, Mgr Yasser Ayache ainsi que l’archevêque grec melkite Youssef Matta.


Représentant des communautés spécifiques, venant tous d’horizons différents, chacun dans une langue de prédilection, était invité à participer à la liturgie, montrant l’Eglise mère de Jérusalem dans sa diversité mais aussi dans son universalité, unie par une amitié fraternelle.


Parmi l’assemblée, majoritairement composée de familles palestiniennes venues des paroisses de Galilée, de Jérusalem, mais aussi et surtout des Territoires occupés, notamment les paroisses dynamiques de Ramallah et sa région, on comptait également beaucoup de religieux, de séminaristes, d’écoliers en uniformes, quelques familles expatriées ainsi que des Israéliens, amis de la communauté des Sœurs de Bethléem, en charge du sanctuaire depuis 2009 qui nous accueillait tous ce samedi.


Joie des retrouvailles


Les conditions d’entrée en Israël ne s’allégeant qu’à compter du 1er novembre, les Dames et Chevaliers du Saint Sépulcre, d’habitude nombreux à se joindre aux habitants de Terre Sainte pour cette fête, n’ont pas pu être aussi nombreux à Deir Rafat que les années précédentes. Remerciés par le Patriarche pour leur soutien constant à la Terre Sainte, ils étaient portés dans la prière par l’ensemble des fidèles, et une intention leur a été spécialement dédiée lors de la Prière universelle.


Parmi toutes ces personnes, religieux comme laïcs, la joie des retrouvailles était palpable, alors qu’en Israël et dans les Territoires, pendant de longs mois, un confinement strict a interdit la plupart des célébrations. L’an dernier, aucun Palestinien de Cisjordanie n’avait pu se rendre à Deir Rafat, situé à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Jérusalem et une centaine de personnes seulement entouraient Mgr Boulos Marcuzzo, vicaire du Patriarcat latin, pour cette solennité.


Dans son homélie, le Patriarche Pizzaballa, a invité les fidèles et les membres de l’Eglise du diocèse à entamer le parcours synodal demandé par le pape François, en suivant le modèle des disciples sur le chemin d’Emmaüs, un lieu d’ailleurs tout proche de Deir Rafat.


Si les personnes interrogées n’étaient pas toutes conscientes de l’ouverture du synode, et encore moins de son objet, elles sont nombreuses à avoir manifesté de l’intérêt pour cet évènement à l’instigation du Saint Père et se tiennent prêtes à rejoindre les groupes de discussion et les activités que leur communauté ou leur paroisse mettra prochainement en place dans ce cadre