Communion, Participation et Mission à Jérusalem

Pour une Eglise synodale

En 2015, le pape François a déclaré : " Le chemin de la synodalité est le chemin que Dieu veut pour son Église au troisième millénaire. Une Église synodale est une Église qui écoute, sachant 'est qu'enéco plus. est une écoute mutuelle dans auquel chacun a quelque chose à choisir à apprendre.  

 

Le 7 septembre 2021 est publié le document préparatoire qui commence ainsi : "L'Église de Dieu est convoquée en Synode." Le parcours synodal qui a pour titre "Pour une Église synodale : communion, participation et mission" a été solennellement ouvert les 9 et 10 octobre à Rome. Le 30 octobre 2021, le synode diocésain s'ouvrira au sanctuaire de Notre-Dame de Palestine à Deir Rafat. Mais qu'est-ce que cela signifie pour nous, catholiques de Terre Sainte ?

Le document préparatoire nous encourageons à rêver de l'Église que nous sommes appelés à être. Il ne s'agit pas de rédiger de longs documents. Il s'agit plutôt de lancer un processus de renouvellement à tous les niveaux de notre Église. En effet, après la tempête de la pandémie de Covid, l'affaiblissement de la confiance dans l'Eglise, les scandales financiers, les abus, et toutes les difficultés tant en Terre Sainte qu'au Moyen-Orient et dedans, nole le sommes tous fatigués et las.

Être convoqué au Synode, c'est être appelé à se mettre en route. Nous sommes invités à marcher ensemble en tant que communauté, en sachant parfaitement que le Christ marche à nos côtés, qu'il est au milieu de nous. Comme sur la route d'Emmaüs (Luc 24, 13-33), Jésus vient à côté de nous, qui sommes fatigués, déconcertés et désorientés. Il vient nous chercher et nous écouter. Nous sommes convaincus que Jésus ouvrira les Écritures et rompra le pain pour nous.  Si nous sommes seuls avec nos problèmes, nos yeux restent fermés et nous ne reconnaissons pas. Cependant, étape, Il nous guide pour passer de la focalisation sur les problèmes (nombreux et vrais) à l'ouverture de nos yeux afin que nous parvenions à l'étape élément vit.

Quatre nous Acteurs Que le chemin sur trouvons: Jésus (? Le-nous l'Voyons-nous entendons), la foule ensemble Qui marche, les Apôtres de la Envoyés Chercher nourriture, et l'Sème Qui milieux antagoniste de la au division. En chemin, nous sommes appelés à discerner ce que Jésus nous dit aujourd'hui, à comprendre qui nous sommes aujourd'hui et à développer une vision pour le voyage. Nous devons comprendre notre identité (qui sommes-nous ?) et notre mission (que sommes-nous appelés à faire ?).  Une Église synodale, une Église en mouvement, est un signe prophétique pour le monde. C'est surtout un signe pour la communauté des nations qui semble aujourd'hui incapable de proposer un projet de partage dans lequel l'humanité pourra poursuivre le bien commun.

La première phase du processus synodal s'étend d'octobre 2021 à avril 2022. Au cours de ces six mois, nous devons bien nous écouter (et pas seulement entendre), nous consulter, dialoguer et discerner.  Ces six mois sont le moment de mettre nos communautés en mouvement, de recommencer, ensemble, le voyage à la rencontre de Jésus. Pendant que nous sommes en chemin, écoutons-nous les uns les autres et écoutons l'Esprit Saint. N'ayons pas peur de nous écouter les uns les autres !

Il y a huit points importants dans ce processus

1. Se souvenir - tout en marchant, nous sommes invités à faire le point sur la façon dont nous sommes arrivés à ce jour en tant qu'Église sur cette terre. Se souvenir de l'œuvre du Saint-Esprit dans la formation de notre Église.  Les débuts marqués par la première Pentecôte (Actes 2) et le Concile de Jérusalem qui a ouvert la communauté des croyants à tous (Actes 15) sont particulièrement significatifs pour nous. Plus récemment, l'Esprit Saint a guidé notre Église dans le Synode diocésain des Églises catholiques (1995-2000).

2. Vivre - en cours de route, nous sommes invités à regarder autour de nous, à voir la réalité d'aujourd'hui.  Nos Églises catholiques sont profondément enracinées au Moyen-Orient et dans un milieu arabe, avec toutes les bénédictions et les défis que cette appartenance comporte. En outre, il existe différents rites (grec, latin, syriaque (maronite et syrien) et arménien) qui touchent quatre identités politiques (Jordanie, Palestine, Israël, Chypre). Ceux-ci comprennent à leur tour différentes communautés, cultures et langues (hébreux, migrants).

3. Reconnaître - tout au long du chemin, nous sommes invités à discerner les dons que chacun apporte au corps qu'est l'Église. Cela signifie reconnaître les parties que nous savons moins. En particulier, nous sommes invités à écouter les jeunes, les femmes, les migrants, les réfugiés, les pauvres. En écoutant, nous comprendrons mieux comment les dons de Dieu dispersés en chacun et partout, sont pour le bien de toute l'Église. N'oublions pas que l'Église comprend aussi tous ceux qui ne fréquentent pas leurs églises et leurs cérémonies. Comment pouvez-nous inclure dans ce processus synodal et bénéficier de leurs dons ?

4. Exploration - en cours de route, nous sommes invités à réfléchir à la manière dont ces dons peuvent nous aider à assumer la responsabilité commune que nous accordons le Christ de proclamer son Évangile. Tout d'abord, nous devons être à l'écoute de tous les secteurs de l'Église. N'ignorez personne dans l'élaboration d'un "plan stratégique" sur la manière d'exprimer la responsabilité d'être une Église qui témoigne du Christ ressuscité. Un tel plan stratégique a son plan directeur dans les Écritures interprétées par la Tradition et articulées dans les enseignements de l'Église.

5. Examiner - tout au long du chemin, nous sommes invités à faire un examen de conscience sans crainte, à confesser courage usement nos péchés et à rechercher une conversion permanente au Christ. Ceci est particulièrement important dans l'exercice qui consiste à examiner comment la responsabilité et le pouvoir s'entrecroisent dans l'Église, afin que nous rejetons toutes les formes de cléricalisme les corruptions de cléricalisme, de d'ésésiques, de d'ésémés , corruption forms, de manipulation mondaine et de sectarisme qui nous enferment dans des groupes hermétiques, nous devenons de devenir Église.

6. Accréditer - en cours de route, nous sommes invités à avec d'autres pour construire une meilleure société.  Notre rêve ne se limite pas à être une Église qui soit véritablement le Corps du Christ. Nous ne sommes pas en dehors du monde mais appelé à être levain dans le monde.  En tant que membres de la société qui nous entourons, nous voulons contribuer à son bien-être et travailler pour le bien commun.

7. Régénérer - en cours de route, nous sommes invités à reconstruire des relations positives et vitales avec tout le monde, au-delà des frontières qui nous séparent. Le voyage nous emmènera à la rencontre de tous ceux qui partagent notre monde. Le Christ est venu pour abattre tous les murs de séparation de la famille humaine. Nous devons tendre la main à nos frères et sœurs non chrétiens : catholiques, juifs, musulmans, druzes, bahaïs, samaritains et personnes de bonne volonté.  Nous devons nous engager dans le rêve commun de reconstruire notre monde blessé.

8. Promouvoir - en cours de route, nous sommes invités à développer une vision de l'avenir.  Quel genre d'Église souhaite-nous être ? Dans quel type de société souhaite-nous vivre ? Quel genre de monde désire-nous laisser à nos enfants ?  Ensemble Rêvons !

Deux perspectives se dégagent de ce processus :

  • une vision de notre Église "de l'intérieur" et de la manière dont elle intègre tout ce qui se passe en son sein. C'est une vision de l'Église "ad intra", l'Église que nous cherchons à être.  

  • une vision de notre Église "de l'extérieur" et de la manière dont elle coopère avec d'autres pour promouvoir le bien commun dans notre société et dans le monde. Il s'agit d'une vision de l'Église "ad extra", une Église qui se joint aux autres pour construire le Royaume et préparer la nouvelle salle du Christ parmi nous.

 

Nous devons nous rappeler que ces six mois, d'octobre 2021 à avril 2022, constituant la première étape du processus synodal. Cette première étape au niveau local - impliquant les paroisses, les écoles, les institutions chrétiennes et les communautés religieuses féminines et masculines - sera suivie par l'élargissement du processus aux dioce à entière au whole, Le document préparatoire dit :

 

Pour faciliter et pérenniser les phases ultérieures du parcours, il est important de pouvoir condenser les fruits de la prière et de la réflexion en une dizaine de pages maximum.  (...) Rappelons-nous que le but du Synode (...) n'est pas de produire des documents, mais "de faire fleurir des rêves, d'attiser des prophéties et des visions, de faire fleurir des espoirs, de stimuler la confiance, de panser des blessures, de tisser des relations, de ressusciter une aube d'espoir, d'apprendre les uns des autres et de créer une image positive qui éclaire les esprits, réchauffe les cœurs, force redonne de la la principales" (Document préparatoire - paragraphe 32).