xx xx_TSM XXX_Synode_Dima_DSC_0625.jpg

Bio express

Âge: 43 ans 

Profession : Assistante sociale au Patriarcat Latin de Jérusalem

Ville : Beit Safafa

Rite : Latin

Dima

"Les problèmes du quotidien éloignent les gens de l'Église"

Vous sentez-vous proche de l'Église ?

Je ne suis pas seulement membre du personnel de l'Église catholique, je suis aussi croyante. Pour moi, faire partie de l'Église, c'est croire, participer et guider spirituellement mes enfants. Je les encourage à prier, je les accompagne à la messe, car il est important pour moi de nourrir leur foi. De la même manière que nous avons besoin d'être nourris pour grandir physiquement, nous avons besoin d'être proches de Dieu pour grandir spirituellement. Sans aller à la messe chaque semaine et recevoir la communion, nous ne pouvons pas grandir. 

 

Pourquoi cet engagement est-il important pour vous ?

Mon travail en tant que directrice du département social du Patriarcat latin ne consiste pas seulement à fournir des services sociaux aux personnes dans le besoin et marginalisées. J'essaie de les rapprocher de l'aspect spirituel de leur vie. Si vous mettez Jésus au cœur de votre vie, beaucoup de choses peuvent être résolues facilement. 

 

Quelle est la situation des personnes que vous aidez par le biais du département social du Patriarcat latin ?

La pandémie de COVID19 a créé une circonstance inhabituelle qui a nécessité une intervention spéciale pour soulager les familles de Jérusalem et de Cisjordanie qui endurent une nouvelle réalité de chômage, de pauvreté et de stress psychologique. À Jérusalem-Est, les gens ont surtout des problèmes d'argent. Le salaire minimum est d'environ 6 000 shekels (1700 euros), mais le loyer moyen à Jérusalem n'est pas inférieur à 4 000 shekels (1100 euros). Cela signifie que plus de 70 % de leur salaire est consacré au paiement du loyer. L'autre problème est le prix de la nourriture. Tout est très cher en Israël. Enfin, le dernier point est le coût des écoles privées. En tant que chrétiens, nous préférons mettre nos enfants dans des écoles chrétiennes. Mais ces établissements coûtent jusqu'à 10 000 shekels (2500 euros) par enfant chaque année, à l'exception des écoles Terra Santa à Jérusalem et St Joseph à Bethléem. À un moment donné, les gens ne sont plus en mesure de couvrir leurs dépenses quotidiennes. Cela crée une énorme frustration et nous essayons de les aider à y faire face. Il y a quelque temps, nous avons organisé une conférence avec un groupe de femmes consacrée à la gestion du stress. Les problèmes de la vie quotidienne les éloignent de Dieu. Certaines ont perdu la foi. Nous essayons de les faire revenir vers l’Eglise. Nous devons écouter leur voix, leur douleur. Elles sont une partie importante de notre communauté.

 

Vous essayez également de mettre l'accent sur les femmes, en animant des petits groupes. Pourquoi ?

Les femmes sont confrontées à un ensemble unique d'exigences personnelles et professionnelles dans leur vie quotidienne. La capacité à gérer les facteurs de stress sur le lieu de travail, associés au stress des relations personnelles et de la maternité, peut être écrasante. Les émotions peuvent également s'immiscer dans le processus lorsque l'on cherche à atteindre la perfection et à satisfaire tout le monde, tout en jonglant avec les priorités et les obligations. Ainsi, les femmes ont besoin de trouver un terrain solide à partir duquel elles peuvent ralentir, et réfléchir à des moyens de gérer les facteurs de stress de leur vie, et surtout, de mettre Dieu en charge et de devenir matures en Christ. Il est parfois dans la mentalité ici que l'Église doit tout fournir, mais nous essayons de leur apprendre à dépendre d'abord d'elles-mêmes. S'ils en ont besoin, nous sommes là, en tant qu'institution ecclésiastique, mais pas pour fournir et résoudre tous les problèmes de leur vie quotidienne. Ce sont leurs familles, leurs enfants, ce sont leurs responsabilités, pas les nôtres. Nous sommes là pour leur donner des clés pour gérer leur vie. Par exemple, nous animons 3 groupes de 15 femmes. Nous pensons que si elles sont fortes, cette bonne énergie se reproduira dans leurs familles. Nous leur disons : "Vous êtes le centre de votre foyer". 

 

Y a-t-il des choses qui vous dérangent dans la manière dont l'Eglise fonctionne aujourd'hui ?

Je ne peux pas dire que la manière dont l'Église entre en relation avec le croyant est parfaite. Il y a et il y aura toujours des défis.  Mais au moins, l'Église fait beaucoup pour que les fidèles soient proches d'elle. Malheureusement, il existe un fossé entre les dirigeants de l'église et les fidèles. Je ne pense pas que ce soit la faute de l'Église elle-même, parfois c'est aussi à cause des personnes qui perdent la foi pour des raisons personnelles, comme de mauvaises relations avec leur prêtre, des problèmes personnels ou des malentendus.  Nous devons travailler sur le clergé. Ils sont bien éduqués et formés en théologie. Mais je pense qu'ils ont besoin de compétences dans le domaine de la construction communautaire, sur la manière de traiter et d'être proche des personnes en difficulté, et sur la manière d'être proche d'elles pour guérir leurs fardeaux. 

 

Les chefs religieux comprennent-ils les besoins de la population ?

Je ne veux pas les blâmer tout le temps, ils ont aussi leurs propres problèmes. Je peux dire, grâce à mes 20 ans d'expérience avec les familles dans le besoin, que les parents sont également responsables de la manière dont ils éduquent leurs enfants. C'est leur rôle de planter les graines de la foi chez eux, de les encourager à participer aux activités de l'Eglise... Le problème est que, lorsque les gens s’éloignent de l'Eglise, le fossé devient trop grand pour les enfants. Sur le long terme, cela impacte négativement la présence des chrétiens en Terre Sainte. Une grande partie de la génération qui arrive a perdu la foi. 

 

Avez-vous un rêve pour l'Église ?

 

Une partie de mon rêve est que l'Eglise saisisse cette opportunité du chemin synodal pour ramener ceux qui sont perdus en chemin. Beaucoup de gens qui sont maintenant loin de l'Église pour des raisons variées, ou qui ne sont plus intéressés. Ils ont été marginalisés par la communauté et l'Eglise. Ces personnes ont un rôle et une voix très importants. Nous ne pouvons pas continuer à les abandonner. Le voyage que je souhaite est de travailler avec les paroisses pour ramener ces personnes afin de les entendre, d'écouter leur douleur et de s'en occuper.